Le chemin le plus court de l’île d’Yeu au port de Noirmoutier passe par le pont de Fromentine et le Passage du Gois. Le problème, c’est de bien calculer son coup pour avoir assez d’eau au dessus de la route et étaler le courant de remplissage ou de vidage de la baie de Bourgneuf, selon de quel côté on se trouve. Un coef de plus de 110 et une bonne brise de Nord Ouest nous ont offert des conditions idéales.

Ce qu’il faut savoir, c’est que 2h avant le PM environ, la baie se remplit par le sud à grande vitesse. Sous le pont, nous étions à plus de 9 noeuds au GPS , secoués dans tous les sens par un clapot tout à fait surprenant fait de vaguelettes qui montent à la verticale. Attention à ne pas s’éloigner de la trajectoire indiquée par la traînée d’écume du courant montant. C’est un vrai tapis roulant et il vaut mieux ne pas en descendre en route.

A ce régime, nous sommes arrivés bien trop tôt devant le Gois: la base des refuges était encore visible! Pas bon… Le temps de faire quelques allers-retours entre la route et le pont (9 noeuds sur le fond dans un sens, 4 dans l’autre, au largue dans les deux sens…), nous voilà devant la ligne de partage de la baie… Le socle du refuge est tout juste recouvert, le sondeur indique deux mètres, une ligne de vagues désordonnées signale l’emplacement de la route. Ensuite, il n’y a plus qu’à croiser les doigts et serrer les fesses pour passer sans accrocher les piquets déjà recouverts…

Sympa, mais un peu stressant comme expérience.