Il y a longtemps que je n’ai rien posté sur ce blog, et pour cause: Waloo est toujours en travaux suite au passage de Xynthia. N’en déduisez pas que les dégâts sont longs à réparer: les chantiers sont juste très occupés!

J’en profite pour mettre un mot sur un cata qui présente quelques points communs intéressants avec Waloo: Outre sa taille comparable, "Happy Feet" dispose d’un rostre central qui le dispense d’appendices sous les flotteurs. La ressemblance s’arrête là. La dérive centrale est en fait un foil réglé automatiquement par un trainard, et le safran est également un foil en T inversé.

Avec son poids plume, Happy Feet soulage facilement la coque au vent, mais également la coque sous le vent, ce qui lui vaut une nette réduction de surface mouillée, moins de frein dans les vagues et une vitesse étonnante. Jugez plutôt:


Le gréement se montre très efficace, avec un mat sur chaque coque. A la différence de l’Hydraplaneur d’Yves Parlier, Happy Feet navigue tout en finesse, sans heurts et pratiquement sans sillage.

Cette formule pourrait-elle marcher sur Waloo? Dans de moindres proportions, j’en suis persuadé. Il ne s’agit pas de décoller comme un Moth, mais juste de soulager le bateau en le supportant au plus près de son centre de gravité. Le raidisseur central est suffisament costaud pour y installer deux points d’appui.

Si des étudiants en architecture navale ont besoin d’un bateau concept pour tester la réduction de traînée sur un catamaran à hydrofoils centraux, Waloo se prêtera volontiers au jeu ;-)