Skip to Content

Monthly Archives: mai 2013

Sur la planche à dessin

Par

Cet article n’a rien à voir avec Waloo mais j’ai été amusé de retrouver des dessins faits dans les années 80, la plupart pour le magazine Planche N°1. La planche a bien changé depuis ces années qui correspondent à son apogée. C’était un vrai sport vraiment populaire, on pouvait acheter des flotteurs dans les supermarchés et les plans d’eau étaient remplis de Windsurfer, de Dufour Wing, de Magnum 370, de Crit et j’en passe. Il n’est pas rare d’en voir encore à Noirmoutier, mais il est vrai que les bateaux les plus répandus sur l’île sont les Requin et les Dragon…


Les kitesurfs ont remplacé les planches, mais il ne s’agit plus d’un sport populaire, accessible à toute la famille. A la fin des années 80, Planche N°1 (trimestriel) tirait à 80 000 exemplaires… aucun magazine de kite ne pourrait rivaliser.


Les temps changent, mais certaines évolutions étaient bien prévisibles. Les ailes, les foils, les gréements inclinables… toutes les recettes de la vitesse étaient déjà connues. Il restait à inventer des matériaux rigides et légers pour faire passer le record de vitesse à la voile de 36 à 65 noeuds.


Tri jaune, cata bleu et ciel gris

Par

Ce weekend, le Tricat Jaune de Voiles et Voiliers venait à Noirmoutier pour préparer un reportage sur l’île. L’occasion était belle d’organiser une rencontre et une navigation de conserve avec Waloo. Cela aurait permis de faire des vidéos de chaque bateau en navigation vu de l’extérieur, ce qui est toujours difficile à obtenir. La météo en a décidé autrement avec un bon force 7 qui déversait des trains de vagues dans l’axe de l’entrée de l’Herbaudière. Les deux bateaux sont restés dans le port à deux pontons de distance, avant que Waloo ne reparte vers son mouillage dans un temps à peine calmé: 25 noeuds établis, rafales à 30, pluie ininterrompue et visibilité d’1/2 mille. En panne d’essence dés la sortie du port (il aurait été sage de vérifier la jauge en partant…) , nous avons dû prendre le mouillage à la voile pour gagner le droit de rentrer nous mettre au sec. Je plains les campeurs qui voient leurs jours de congés s’égrener dans ces conditions…





La webcam du port montre bien les conditions météo riantes dont nous avons bénéficié. On y voit notre appareillage au petit matin, le passage des grains, et la sortie du Tricat dans des conditions un peu apaisées l’après-midi.